Confusion à Asmara (Erythrée)

La fin du régime d’Issayas Afworki est-elle en train de se jouer actuellement à Asmara (Erythrée)? En tous cas la rumeur circule depuis quelques jours : le président érythréen a disparu. Habituellement très présent dans les médias étatiques, le président est absent depuis la fin mars et même si des rumeurs sur son état de santé ne sont pas nouvelles, c’est la première fois que le ministère de la communication y répond :

- sur le site officiel ICI On apprend ainsi que le président serait en bonne santé et même au « sommet de sa forme »… Ali Abdu,  le ministre de l’information, a même affirmé avoir personnellement vu le président dimanche soir. Yemane Gebremeskel, le chef du cabinet du président assure quant à lui que le président travaille. Pourtant aucun ne peut expliquer son étrange absence.

- sur la télévision en diffusant des images d’archives du président ICI

Issayas Afworki dirige le pays depuis l’indépendance en 1993. Si au début des années 90 les premières initiatives de développement font du pays un exemple pour les autres et que le dirigisme du gouvernement est alors assumé, la machine à gagner du FPLE se grippe et le pays rencontre ses premières difficultés. Dans ses relations extérieures, le régime prend l’habitude de frapper d’abord et négocier ensuite, dans la tradition du mouvement armée de libération (différend frontalier avec le Yémen relatif aux îles Hanish en 1995, conflit frontalier avec Djibouti en 2008). Il acquiert ainsi la réputation d’être belliqueux.

Sur le plan économique, la transition ne se fait pas. En 2002, le gouvernement lance un programme de développement, Warsay Yika’alo, un Plan Marshall pour le pays, faisant de l’armée le premier employeur. Ce dirigisme et cet autoritarisme, le régime les justifie par le climat de guerre froide qui règne depuis la fin de la guerre contre l’Ethiopie (1998-2000). Le conflit est dévastateur pour l’Erythrée, tant politiquement, qu’économiquement et il exacerbe les tendances autoritaires et militaristes du régime. Au lendemain de cette guerre, le régime devient l’un des plus répressifs au monde. Le coût politique de la guerre de 1998 est lui aussi majeur. Pendant la guerre le pouvoir est concentré dans les mains du président et de nombreux ministres sont exclus des décisions politiques et militaires. Issayas Afworki conduit directement les opérations, marginalisant de fait le ministre de la défense. L’Assemblée nationale n’est jamais consultée. La répression touche la presse et des anciens ministres du gouvernement, membres du « groupe des 15 » qui sont arrêtés et emprisonnés dont des figures historiques du mouvement de libération et de l’Etat indépendant. Dès lors, il apparait clairement que l’unité et la loyauté deviennent des valeurs au-dessus de tout pour le régime. Toute la société se militarise.

Image issue de la vidéo diffusée sur la télévision nationale dimanche soir

La rumeur de la disparition du président (mort ou gravement malade) serait l’œuvre de la CIA. Il est vrai que le régime use toujours d’un discours paranoïaque et n’a de cesse de rappeler le manque de soutien de la communauté internationale avant, pendant et après la guerre de libération, ce qui est loin d’être faux (voir par exemple le manque de soutien de la communauté internationale face au refus éthiopien de respecter la décision de la commission arbitrale après le conflit frontalier) mais cette posture a aussi tourné à la prophétie autoréalisatrice. Ce sentiment d’injustice alimente une certaine obsession indépendantiste et la perception que l’indépendance politique et économique du pays est en danger. Gérard Prunier explique qu’il existe deux constantes dans la politique étrangère érythréenne : « la subversion et une finalité anti-éthiopienne ».
À titre d’exemple, le pays est devenu une véritable plaque tournante du trafic d’armes: « l’aviation israélienne a bombardé une colonne de camions érythréens au Soudan il y a deux ans, il s’agissait de cargaisons d’armes destinées au Hezbollah livrées par les Iraniens. Les cargaisons avaient été débarquées au port de Massawa, en Erythrée, et chargées sur des camions (…) il faut aussi se souvenir que dans le passé, ce pays était un passage central de l’argent de groupes islamistes qui voulaient provoquer des troubles en Ethiopie. Parce qu’il existe un vieux syndrome arabe antichrétien à l’égard de l’Ethiopie. » ajoute Gérard Prunier dans une interview à Afrique Asie en début d’année.

Le virage le plus significatif est la relation avec les États-Unis. Après l’indépendance le président Clinton citait Mälläs Zénawi (Ethiopie) et Issayas Afworki comme de nouveaux leaders incarnant la renaissance africaine. De même, Israël voyait dans ce petit Etat, un partenaire non arabe sur la mer Rouge, et ce malgré des liens historiques forts avec l’Ethiopie. Le rapprochement stratégique entre les Etats-Unis, Israël et l’Ethiopie dans le cadre de la guerre contre le terrorisme, le manque de fermeté des Etats-Unis après la guerre de 1998 et leur refus d’installer une base militaire dans le pays sont apparus comme des menaces. De façon plus générale, les Erythréens ont donc voulu s’imposer comme un acteur indépendant dans la région, en s’éloignant de la stratégie américaine. Ainsi, la communauté internationale est perçue comme cherchant à mettre au pas l’Erythrée, qui s’oppose aux ambitions régionales de l’Ethiopie devenue un partenaire stratégique dans la lutte globale contre le terrorisme. Ce positionnement justifie aussi l’attitude du pays à l’égard de la Somalie. Le régime érythréen reprend son discours tiers-mondiste, anticolonialiste et populiste fondé sur l’hostilité aux ingérences occidentales.


Hillary Clinton en tenu traditionnel devant le drapeau érythréen et le président Afworki soigné pour le paludisme dans un hôpital israélien en 1993

Les discours victimaires et la défiance contre la communauté internationale ne peuvent qu’entretenir la légitimité historique du président, la sacralisation de l’État et de la nation contre un étranger porteur de menace pour l’indépendance de ce jeune Etat à la souveraineté sourcilleuse. Pour Issayas la population érythréenne n’est pas encore prête pour la démocratie et sa politique se justifie pour prémunir la nation des menaces extérieures contre son unité.

Aujourd’hui, la confusion règne. Qui des civils ou des militaires prendra le pouvoir au sein du parti unique en cas de vacance avéré ? Qui saura maintenir l’équilibre précaire entre ces différentes forces du parti ? Vu l’état de tension et de confusion annoncé par différentes sources, la situation devrait être plus claire avec le 24 mai, jour de la fête de l’Indépendance que le président a l’habitude d’honorer.

Wait and see…

La rumeur enfle et peu d’informations circulent pour le moment, on lira :

Erythrée : où est passé le président Issaias Afeworki?

The Unusual Absence Of Isaias Afwerki

Eritrea says its president is « fit as a fiddle »

Eritrea: Curious Rumours and US Travel Warning

Il faut sauver les soldat Erythréens (critique de l’ouvrage Les Erythréens de Léonard Vincent parut en janvier 2012)

L’émission de Monsieur X sur France Inter (13H30) consacrée à l’Erythrée ICI

Sonia Le Gouriellec, Good Morning Afrika

Be Sociable, Share!

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

UA-7688295-1