L’espace, enjeu des élections présidentielles américaines ?

… est le premier épisode d’une série de billets que j’entends produire sur AGS. L’idée est de traiter de l’espace à partir de l’étude d’un cas particulier sous un angle qui variera selon les humeurs (actualité, histoire, RI, sciences politiques, culture populaire…). Aujourd’hui, les Etats-Unis…

Source

L’espace constitue-t-il un enjeu pour les élections présidentielles américaines ? Remarquons d’emblée que ce type de campagne a tendance à focaliser sur les préférences des électeurs concernant quelques problématiques bien définies : l’économie, la guerre en Afghanistan, la santé, etc. Dans ces conditions, nulle attention ou presque ne sera donnée aux enjeux de moindre importance comme peut l’être la politique spatiale. Cela est compréhensible : peu d’électeurs basent leurs décisions sur la position de tel ou tel candidat concernant l’espace. Qui plus est, lorsque les candidats ont une opinion, celle-ci est souvent à peu de choses près la même, y compris entre les partis. Encore que les nominations républicaines de cette année semblent offrir un spectacle bien étrange de ce point de vue.

Le débat républicain…

Il est vrai que cette année un candidat paraît particulièrement inspiré par la nouvelle frontière au point d’ailleurs d’en faire une marque de fabrique. Outre un discours « visionnaire » sur une future base lunaire, Newt Gingrich a explicitement exprimé à plusieurs reprises son désaccord avec l’Agence spatiale américaine qu’il qualifie de bureaucratique. « NASA has become an absolute case study in why bureaucracy can’t innovate » a-t-il ainsi indiqué dans un débat dans le New Hampshire en juin dernier. Si l’argent accordé à la NASA depuis la fin d’Apollo avait été proprement dépensé, alors le pays disposerait aujourd’hui selon lui d’une base lunaire et de plusieurs stations spatiales. « Instead, what we’ve had is bureaucracy after bureaucracy after bureaucracy, and failure after failure ». « I think it is disgraceful the way getting into space has been turned into a political pork-barrel. It’s an abuse of the taxpayer and an abuse of America’s future » a-t-il encore ajouté dans un meeting à Dallas en octobre.

Afin de redynamiser le spatial aux Etats-Unis et inciter le secteur privé à lancer des missions spatiales ambitieuses, y compris vers Mars, Gingrich propose la création de plusieurs grands Prix – équivalant à des milliards de dollars – dans le style des concours organisés au début du XXe siècle alors que l’aviation restait encore une affaire de pionniers. L’exemple classique est le Prix Orteig offert en 1919 par le propriétaire d’hôtels Raymond Orteig au premier aviateur capable de réaliser un vol sans escale au-dessus de l’Atlantique. C’est ce prix qui a conduit Charles Lindbergh à tenter le voyage en 1927 dans le but de gagner les 25 000 dollars de récompense. Des décennies plus tard, on parle d’une industrie pesant 300 milliards de dollars. C’est cette même idée qui a inspiré la X-Prize Foundation de Peter Diamandis. Une approche alternative, mais comparable, est celle sur laquelle se base le programme de Commercial Orbital Transportation Services (COTS) de la NASA.

Le problème est que ce soutien en faveur de l’essor d’un espace commercialisé en lieu et place des grands programmes gouvernementaux d’autrefois revient à endosser la politique de l’homme de la Maison Blanche, celui-là même que les Républicains cherchent à défaire en novembre prochain. En février 2010, dans un op-ed dans le Washington Post, Gingrich n’avait ainsi pas hésité à soutenir la « révolution spatiale » de l’administration Obama, qualifiée de « brave reboot for NASA » méritant « strong approval from Republicans ». Il est vrai qu’Obama coupe ici l’herbe sous le pied de la critique traditionnelle de l’espace par la droite américaine. Difficile dans ces conditions pour les électeurs de trancher, n’y a-t-il pas en effet consensus sur la politique spatiale à adopter ?

… et les positions des candidats : l’espace, comme rhétorique

La campagne de Floride – une étape clé, mais aussi un Etat du « croissant spatial » créé par la NASA et comprenant l’Alabama, le Mississippi, la Louisiane et le Texas – a semblé remettre un peu d’ordre dans cela. De fait, les différents candidats ont bataillé ferme afin de montrer aux électeurs qui tenait la position la plus forte, mais aussi la plus originale et la plus crédible concernant l’espace. Telle est du moins l’impression laissée lors des deux débats télévisés. Les élections de 2012 seront-elles différentes de celles de 2008 ou 2004 ? Verrons-nous l’espace devenir un enjeu ? Nous ne le croyons pas. Nul pouvoir divinatoire ici. Les résultats de Floride – la victoire de Mitt Romney, un ancien gouverneur du Massachussets – en témoignent déjà largement et la campagne qui suit tend à nouveau à le démontrer : la politique spatiale ne pèsera pas lourd face à des problématiques comme la santé de l’économie et le chômage.

Et pourquoi en serait-il autrement ? A s’en souvenir l’intrusion de l’espace dans la campagne, et qui a culminé avec les récentes déclarations de Floride, a elle-même été tout artificielle. Rappelons que c’est en effet Mitt Romney qui, lors d’un débat à Des Moines, Iowa, en décembre dernier, s’est servi de l’espace pour discréditer son adversaire, Newt Gingrich. Lorsque le modérateur lui demandait en quoi ses positions différaient de celle de Gingrich, celui-ci a alors rappelé « his idea to have a lunar colony that would mine minerals from the Moon », une description faite dans un livre écrit en 1984, et de conclure par « I’m not in favor of spending that kind of money to do that ». Ce qui a évidemment déclenché le verbe enflammé de l’ancien président de la Chambre des représentants des Etats-Unis. L’utilisation de l’espace par les divers candidats montre donc en réalité que l’espace ne constitue pas un enjeu en soi, mais peut tout de même servir, ponctuellement, d’argument rhétorique contre tel adversaire, qu’il s’agisse d’un républicain ou de l’homme à abattre, l’actuel occupant de la Maison Blanche.

Pour cette raison, il n’est pas impossible que la politique spatiale réapparaisse ici et là durant la campagne. C’est d’ores et déjà le cas, Gingrich faisant désormais très souvent l’objet d’attaques utilisant l’argument de la base lunaire. Récemment, Rick Santorum – un ancien sénateur de Pennsylvanie – s’est ainsi joint à Mitt Romney pour parler de « fiscal insanity ». Une chose pour laquelle Santorum et Romney ne sont pas forcément appréciés : eux aussi reçoivent leur part de critiques, notamment parce qu’ils sont « cheap », pour reprendre le mot de Gingrich, et qu’ils s’opposent aux conservateurs héritiers de l’esprit visionnaire reaganien. A noter d’ailleurs que les critiques anti-Lune mobilisent un argumentaire que l’on peut qualifier de gauche, à savoir pourquoi aller dans l’espace quand il y a encore tant de besoins sur Terre. Peu importe dans cette perspective d’être dans le vrai ou faux, ce qui importe, ce sont les mots. Ainsi de la critique de la dépendance humiliante des Etats-Unis – une décision datant de l’administration Bush – à l’égard des taxis spatiaux russes en direction de l’ISS. Obama fera certainement les frais dans les semaines à venir de ce genre de commentaires.

Tout cela importe-t-il ? La présidence et l’espace

D’autant plus que Romney, l’actuel favori de la campagne du GOP, aura de plus en plus tendance à directement croiser le fer avec l’administration Obama. « If you wanted to put together a list of President Obama’s failures, it’s a long, long list, indeed. But the one in particular I want to talk about today is his failure to define a mission for the space program for this nation » a-t-il ainsi déjà pu affirmer lors d’un discours en Floride. Dans cette perspective demander si les positions tenues par un candidat lors de la campagne auront une influence en cas de victoire fait-il sens ? A priori, il ne semble pas hardi de croire que l’enthousiasme pour l’espace – même rhétorique – ou, à l’inverse, l’absence d’intérêt, d’un candidat aura un impact sur la politique spatiale des Etats-Unis si jamais celui-ci est élu. Ce serait commettre pourtant deux exagérations.

Tout d’abord, le président n’a pas la mainmise sur la politique spatiale. Cette dernière est de fait à l’intersection de plusieurs logiques, gouvernées par la Présidence certes, mais aussi le Congrès et la bureaucratie. Le président n’est qu’un joueur parmi d’autres. Ensuite, que le président ait un intérêt particulier pour l’espace ou non ne change rien au fait que l’espace – au moins dans sa dimension civile – n’est plus un enjeu national américain depuis la fin des années 1960. L’espace est devenu une activité marginale avec des décisions prises de façon incrémentale, définies sur la base de « ce que l’on peut se permettre » et de « comment on peut le vendre » et impliquant des conflits entre divers groupes. Bref, parfois l’orbite la plus intéressante est située dans la Beltway. Conséquence de cela, ni Reagan, ni Bush père ou Bush fils, n’ont été capables de relancer le programme d’exploration. Reste l’espace militaire. Seul Ron Paul a mis l’accent sur celui-ci durant la campagne, et encore seulement lorsque la question lui a été posée et pour s’opposer à tout « fun » inutile. Si celui-ci est finalement évacué, du moins pour le moment, c’est justement parce qu’il est supposé « utile » et donc incompatible avec la vision de l’espace frontière des pionniers.

Cela n’empêche pas la présidence des Etats-Unis de disposer d’un pouvoir rhétorique très important et de mettre justement à profit cette capacité là dans l’espace, un lieu de prouesses fantastiques rendues possibles autant par les actions physiques (marcher sur la Lune, etc.) que par les mots. En mai 1961, lorsque le président John F. Kennedy révélait ses plans, c’était en disant « Now it is time to take longer strides, time for a great new American Enterprise, time for this Nation to take a clearly leading role in space achievement which in many ways may hold the key to our future on Earth ». Et c’est avec des mots très semblables que le président Ronald Reagan s’exprimait après l’explosion de la navette Challenger en 1986, « We’ve grown used to wonders in this century. It’s hard to dazzle us. But for 25 years the United States space program has been doing just that. We’ve grown used to the idea of space and perhaps we forgot that we’ve only just begun. We’re still pioneers ». De fait, si l’espace sert d’argument rhétorique utile dans la campagne des prochaines semaines, c’est aussi parce que l’espace, par le rôle qu’il joue dans la psyché collective, est le terrain par excellence pour exprimer sa « vision » de l’Amérique. Lorsque Gingrich dit que « I’d like to have an American on the Moon before the Chinese get there », il démontre à la fois sa foi dans l’exceptionnalisme américain et son opposition ferme face au supposé déclin des Etats-Unis.

De la Terre à la Lune

Les esprits curieux pourront également jeter un œil sur :

  • Roger D. Launius et Howard E. McCurdy (eds.), Spaceflight and the Myth of Presidential Leadership, University of Illinois Press, 1997.
  • Xavier Pasco, La politique spatiale des Etats-Unis 1958-1995, L’Harmattan, 1997.
Be Sociable, Share!

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

UA-7688295-1